Ski alpin et planche à neige

La différence entre le ski et la planche réside surtout dans le fait que les pieds sont fixés dans une position perpendiculaire ou angulaire l’un par rapport à l’autre sur la planche, contrairement au ski où les deux pieds sont fixes et parallèles. De plus, les pieds sont presque statiquement alignés dans une certaine dorsiflexion ce qui oblige le genou à fléchir.

Les mouvements du pied dans la botte de ski sont principalement de la pronation et de la supination, avec mise en charge graduelle de l’intérieur du talon à l’avant-pied. Ces mouvements sont différents de ceux de la course ou de la marche. Les bottes étant rigides pour le ski deviennent plus souples pour la planche et de ce fait les blessures (fractures) de la jambe quasiment disparues dans le ski réapparaissent pour la planche.

Par contre, la rigidité des bottes provoque des blessures aux genoux et aux hanches. La chaussure est donc importante pour comprendre le type de blessures rencontrées dans les sports de glisse. 90 % des blessures du pied se situent à l’avant-pied, car la pression sur le gros orteil à la fin du virage est très importante. Selon la surface, glacée, poudreuse ou autre, le taux de blessures augmente ou diminue.

La surface rigide et le travail sur des bosses nécessitent une absorption des chocs par des matériaux souples et absorbants.

Le but des orthèses plantaires est de maximiser le confort, limiter les impacts de vibration causés par les glissements sur la neige durcie et surtout contrôler la mise en place des carres du ski lors de l’entrée et de la sortie du virage. Il faut toujours diminuer les fatigues inutiles de fin de journée, moment propice aux blessures. Les orthèses permettent de diminuer les risques de blessures, d’exploiter au maximum vos capacités physiques et d’optimiser le rendement biomécanique. Plusieurs blessures se retrouvent aussi au niveau des membres supérieurs.

Des adaptations pour protéger les articulations lésées et continuer la pratique du sport sont possibles et l’orthèse peut se mouler avec la poignée du bâton ou la forme des gants et mitaines, surtout pour les lésions du pouce ou de l’articulation trapézo-métacarpienne. Pour mieux supporter et contribuer à une meilleure distribution du poids et du support du pied, le chausson intérieur de la botte peut être moulé entièrement avec de nouveaux matériaux techniquement supérieurs au point de vue confort et stabilité.