Le patin sur glace et à roulettes

Que ce soit pour le hockey ou le patinage artistique, le patin de vitesse ou le patin à roues alignées, les mouvements de base sont similaires. Le pied et la cheville sont contenus en bloc dans le patin, et le mouvement de poussée se fait vers le côté, en faisant travailler les muscles du bassin et des jambes dans des plans bien différents de ceux de la marche ou de la course.

L’alignement du genou et la mobilité des hanches se doivent d’être optimaux pour s’assurer de diminuer les risques de blessures et préserver les articulations.

Dans le cas du hockey, les nombreux arrêts et démarrages brusques provoquent une tension élevée au niveau du pied, de la cheville et du genou.

Pour ce qui est du patinage artistique, il est essentiel de vérifier l’impact des sauts et l’alignement lors des atterrissages pour exploiter au maximum les capacités physiques. Le patin à roues alignées peut être pratiqué sur des surfaces variées.

L’asphalte est une surface adéquate sauf si elle est détrempée. Il faut faire attention aux petits obstacles et aux fissures qui peuvent causer des dommages importants.

Pour optimiser le rendement biomécanique, il est possible d’ajouter des corrections aux semelles existantes ainsi que des matériaux d’absorption pour diminuer les risques de fatigue musculaire. Il est évident que le volume du patin est souvent restreint et que les orthèses se doivent d’être très minces pour offrir support, protection, performance et confort.

Le choix de vos patins, comme celui des corrections ou orthèses, résulte de plusieurs déterminants : la fréquence de pratique, la durée, le type de patin, la position au jeu, la surface, la technique de patinage et les bénéfices à prioriser (stabilité, confort, performance, souplesse dans les mouvements).

Il faut penser que le hockey est aussi un sport de contact: des blessures associées aux chutes et aux plaquages viennent très souvent compromettre une partie de la saison. Les ligaments du genou sont souvent touchés par une chute ou une collision sur le côté de la jambe. Les épaules ou le dos sont aussi des sites privilégiés pour des blessures très longues à guérir.

L’alignement et l’absorption sont des facteurs qui sont d’une importance capitale pour la position de la lame sur la glace et l’efficacité accrue des gestes techniques.