La marche

La grande différence entre la marche et la course est le double appui au sol. À la marche, les deux pieds se trouvent au sol au moment du pas, tandis qu’à la course, il n’y a toujours qu’un seul pied au sol.

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes pratiquent la marche comme activité sportive. C’est le meilleur antidote contre les maux reliés à l’inactivité car elle entretient la souplesse sans nécessiter d’effort violent, elle permet aussi un conditionnement physique. En effet les membres inférieurs subissent des chocs de 2 à 4 fois le poids du corps lors de la course et de 1,5 fois à la marche. En moyenne, au travail, les personnes marchent 8 kilomètres, il est donc nécessaire de vérifier la chaussure de travail en fonction de critères anatomiques.

Les avantages d’une bonne chaussure sont nombreux : soulager les maux, préserver les articulations du corps, augmenter le plaisir de marcher, limiter la fatigue, les forces d’impact et la vibration.

La marche se fait sur différentes surfaces : rigides comme l’asphalte ou le béton (peu d’absorption) ou naturelles.

Pour les marcheurs de ville, les chocs sont constants et répétés. Il est possible de prévenir des blessures par le choix de matériaux d’orthèses ou de semelles de chaussures qui répondent aux exigences de la marche.

Lors de randonnées en plein air, les surfaces inégales ainsi que les montées et descentes permettent de faire travailler le pied différemment. Les genoux sont plus sollicités lors de ces actions d’ascension et l’alignement pied/genou est essentiel pour optimiser votre rendement biomécanique.

Selon le type de marcheur que vous êtes, le choix de la chaussure est primordial. Les risques de blessures et de fatigue musculaire seront évidemment en fonction de la régularité avec laquelle le marcheur aime profiter de ses temps libres. L’ajustement de la chaussure avec la bonne largeur et profondeur est essentiel pour suivre l’anatomie de l’avant-pied. Les chaussures en «cône» à l’avant pour les femmes sont destructrices pour la mécanique des orteils.

En ville, l’adepte de la marche pourra utiliser une chaussure de sport basse avec une semelle spécialisée qui lui offrira un maximum de plaisir à marcher, tout en protégeant ses articulations et son dos. Une bonne chaussure de montagne devra légèrement amortir l’impact sur le sol et permettre un berceau pour faciliter la poussée des orteils.