Golf

Lors de la pratique du golf, il faut en premier lieu examiner la particularité de la technique et du passage du centre de gravité d’un pied à l’autre, de l’externe vers l’interne d’un pied, à l’inverse de l’autre. Tout coup commence par un positionnement des pieds en fonction d’augmenter la stabilité et l’accélération du coup.

Les muscles et tendons du pied sont brusquement sollicités lors des élans de frappe du golfeur en plus de devoir s’adapter et supporter tout le poids du corps à la marche le long du parcours. Selon le terrain, un golfeur marche en moyenne 7 Km lors de son parcours de 18 trous.

Les disques de la colonne absorbent 2 fois le poids du corps à chaque fois que le golfeur ramasse sa balle; les genoux absorbent jusqu’à 6 fois le poids du corps lorsqu’ils fléchissent en demie flexion.

Le terrain souple permet d’absorber l’onde de choc, par contre, en fin de parcours, la fatigue peut se faire ressentir, surtout lors d’instabilité articulaire ou d’hyper-mobilité de certaines articulations. La marche sur un terrain inégal permet de faire travailler les petits muscles intrinsèques du pied ce qui est important pour augmenter la stabilité des articulations du pied.

La particularité technique du golf est qu’au moment où l’on frappe la balle, il faut éviter toute torsion dans l’élan et dans la poussée. Pour ce faire, l’orthèse plantaire doit offrir un support externe pour limiter la fin de torsion et permettre de finir le mouvement dans le même plan.

Il faut donc limiter les risques de fatigue musculaire aux pieds provoquée par de longues marches, diminuer les torsions du pied lors des élans de frappe de la balle et réduire les risques de blessures à la cheville pour augmenter le plaisir de pratiquer ce sport.

Le choix de la chaussure doit d’abord se faire en tenant compte de l’anatomie et de la morphologie du pied; de plus en plus de modèles sont offerts avec un devant plus oblique ou carré permettant un volume pour les orteils. Ainsi un crampon sous le cuboïde permet une plus grande stabilité et diminue l’effet de torsion de fin de poussée.

Ces derniers offrent une adhérence optimale lors des élans et limitent le risque de blessures au pied et à la cheville. Le contrefort de la chaussure est important pour stabiliser en médio-latéral le pied dans son mouvement de frappe et de marche.